Abonnez-vous au flux RSS des nouveautés Flux RSS

  • Ajouter à NetVibes
  • Ajouter à Yahoo
  • Ajouter à Windows Live

 

La Découvrance, maison d'édition indépendante de livres de 

littérature de voyage et maritime, de beaux livres sur l'Art brut. 

Dernière nouveauté

À la découverte de la Louisiane De Philippe COLLONGE - La Découvrance

À la découverte de la Louisiane

Le dernier voyage de Cavelier de La Salle en quête du Mississippi (1684 - 1688)

De Philippe COLLONGE

La Découvrance - novembre 2016

A partir de9,99 €

→ Format ePub Livre papier
 
 
 
 

La Mer, roman ouessantin (extrait)

Nous avions tout ce que le coeur peut désirer. Nous avions desfemmes à foison, nous avions à boire, nous avions des tempêtes qui tourbillonnaient à une vitesse de quatre-vingts noeuds. Nous n’avions besoin de rien : merci, passez votre chemin…

Dans notre île, il n’y avait ni arbres ni buissons. Elle avait l’air d’une chaîne de montagnes tombée en ruines, et tout autour, les écueils râlaient dans le ressac. Mais nuit et jour il tonnait, écoute ! C’était la mer. Il ventait ; le vent criait continuellement, et quand un humain passait sur la lande, il ondoyait comme un drapeau en loques. À toute heure du jour et de la nuit, les mouettes stridaient. L’île et la mer leur appartenaient. Parfois l’île s’abîmait littéralement sous leur déchirant bruit de limes. Quand je nageais là-bas près des récifs elles tendaient leurs têtes blanches, inquiètes ; il y

en avait trois, cinq, dix, mais dès que j’approchais, il y en avait des centaines, des milliers. Elles tournoyaient en stridant, m’enveloppant comme un nuage grondant d’orage, et j’étais saisi d’une

terreur mystique, tant leur nombre était grand. Et souvent encore elles crient dans mes rêves.

En route ! La grande voile fait un bruit de tonnerre et nous filons. Nos muscles sont durs et nos coeurs sont d’acier sonore…

Je ne saurais plus dire quand mon regard tomba sur Roseher pour la première fois. Je sais seulement que c’était un jour de courrier, au printemps : Roseher était l’unique fille blonde de l’île... (Bernhard Kellermann)

La Mer De Bernhard KELLERMANN - La Découvrance

La Mer

Roman ouessantin

De Bernhard KELLERMANN

La Découvrance - 2e édition - mai 2016

A partir de6,99 €

→ Format ePub Livre papier
 
 
 

L'air de l'éternité, d'après le journal de navigation d'Éric Mounier (extrait)

Reva : partir, en maori. Le maori, c’est la langue de l’Océanie – le continent liquide. C’est la langue que parlent les bateaux.

Reva est un voilier à deux mâts, un ketch, d’origine finlandaise d’un peu plus de dix mètres, aux assises larges, bien campé sur l’eau. Une flottabilité puissante avec des francs-bords généreux, une stabilité robuste, bien installé sur son cap grâce à une quille longue et profonde. Un voilier un peu gauche aux allures de près mais profilé pour les allures portantes.

C’est ainsi que je le voulais, taillé pour les grands vents d’ouest des quarantièmes rugissants, pour la route de chaos et de violence qui s’étire, passé le cap de Bonne-Espérance.

Bonne-Espérance, un cap que je m’efforcerai de garder devant moi jusqu’au dernier nautique. Pour m’en donner les meilleures chances, j’ai apporté à Reva quelques aménagements susceptibles d’en améliorer la robustesse et l’endurance : confection de panneaux amovibles pour renforcer les hublots de la timonerie, modification du haubanage des deux mâts consistant à les rendre indépendants et à éviter que la perte de l’un entraîne la perte de l’autre, consolidation de la fixation du roof... (Marc Girot)

L'air de l'éternité De Marc GIROT - La Découvrance

L'air de l'éternité

d'après le journal de navigation d'Éric Mounier

De Marc GIROT

La Découvrance - mars 2016

A partir de9,99 €

→ Format ePub Livre papier