Vus récemment

  1. Mourir pour Buenos Aires

Abonnez-vous au flux RSS des nouveautés Flux RSS

  • Ajouter à NetVibes
  • Ajouter à Yahoo
  • Ajouter à Windows Live

Mourir pour Buenos Aires

Jacques de Liniers, le chevalier du Nouveau Monde

 

Mourir pour Buenos Aires De Jacques MARZAC - La Découvrance

Agrandir l'image…

De Jacques MARZAC

 

La Découvrance - Collection : Pérambulation - décembre 2016

    • Livre papier

      19,00 €
    • eBook [ePub]

      9,99 €
    Formats disponibles →  Format ePub
     
     

    Présentation


    Une vie incroyablement romanesque ! La gloire y alterne avec les noires épreuves.
    Jeune aristocrate français (né à Niort en 1753), Jacques de Liniers est formé à Malte d'où il sort chevalier puis officier de cavalerie dans l'armée de Louis XV. Avec l’accord de la France, il rejoint la Marine espagnole et se couvre de gloire lors de plusieurs actions audacieuses contre les Barbaresques et les Anglais sur le théâtre européen de la guerre d’Indépendance américaine. Et puis il connaît l'apothéose dans le Rio de la Plata (Argentine, Uruguay, Paraguay, Bolivie) dont il sera le vice-roi adulé après avoir battu à deux reprises et de façon épique les conquérants anglais.
    Mais les épisodes sombres succèdent aux pages glorieuses : faute secrète de jeunesse, Conseil de guerre, deux fois veuf, scandale amoureux… Le pire survient au soir du deuxième combat qu'il commande contre les Anglais pour la Defensa de Buenos Aires : il est initialement battu, isolé, perdu avant de reprendre victorieusement l’ascendant.
    Personnalité charismatique impressionnante de bravoure et d’audace, il se relèvera de toutes ces épreuves. Il se couvrira de gloire et d'honneur. Son immense popularité auprès de la population l'aurait destiné à prendre la tête de la rébellion pour l'indépendance et devenir ainsi le Bolivar de la jeune Argentine. Par loyauté, il choisira la mort dans l’honneur et meurt fusillé en héros (1810).

    Le dernier des chevaliers repose au Panthéon des marins illustres à Cadix.
    Une superbe épopée !

    Jérôme Millet
    Général de corps d’armée (2S)
    Président de l'association Mémoire de Jacques de Liniers (2000 à 2011)



    Jacques de Liniers est une figure trop peu connue de nos compatriotes pour son action décisive en Argentine à l’époque napoléonienne (...) Jacques Marzac a puisé aux meilleures sources. Il faut saluer ce travail très agréablement enlevé pour le lecteur.

    Philippe Bonnichon
    Président de l’Académie des sciences d’outre-mer

    Sommaire

    - Le prix de la loyauté

    - Chevalier de l’Ordre de Malte à l’âge de quinze ans

    - Le temps des questions : pourquoi Liniers quitte-t-il l’armée française pour la Marine espagnole ?

    - La désastreuse campagne d’Alger de 1775

    - La guerre hispano-portugaise en Amérique du Sud ; découverte de Buenos Aires (1776-1778)

    - Le théâtre européen de la guerre d’Indépendance des États-Unis ; premiers exploits devant Minorque et Gibraltar (1779-1783)

    - Le temps du mariage, de la diplomatie, des sciences et… de la prison

    - Quinze années de tribulations dans le Rio de la Plata (1789-1805)

    - La première invasion de Buenos Aires et la Reconquête (1806)

    - La Défense de Buenos Aires (1807)

    - La Perichone et la chute du vice-roi (1807-1809)

    - Le comte de la Loyauté et ses cinq mille descendants

    - Commémoration d’une vie entre deux mondes

    - Épilogue

    - Chronologie

    - Bibliographie sommaire

    - Remerciements

    Supports disponibles

    • Livre papier

      format 148 x 210, 214 pages, Noir & blancEn stock
    • eBook [ePub]

      Epub ePub (Mourir pour Buenos Aires, Jacques de Liniers, le chevalier du Nouveau Monde )
      A télécharger après achat

    Presse

    • Www

      Fleuves et canaux marines , 27/06/2017
      Il y a des amours, de l'aventure, des bateaux, des combats meurtriers, des rencontres singulières et ce personnage de roman romanesque et épique, ce chevalier venu du fin fond d'une province

      "De la gloire à la mort...tragédie sud américaine C'est un récit bien singulier qui a pour décor une terre lointaine, un endroit du bout du bout du monde d'alors, une terre rebelle et en effervescence continue, c'est un pas de deux à la manière d'un tango venimeux et langoureux... Il y a des amours, de l'aventure, des bateaux, des combats meurtriers, des rencontres singulières et ce personnage de roman romanesque et épique, ce chevalier venu du fin fond d'une province, cet aristocrate sur le déclin d'un monde qui n'a pour seul décor que Versailles...C'est un rebelle dans l'âme, un épicurien guerrier, un flambeur combattant, une sorte de corsaire du nouveau monde... C'est aussi un phénix qui renaît de ses cendres après avoir brulé ses dernières cartouches, sorte de chat noir aux sept vies, c'est un sacré personnage dont on imagine les derniers et ultimes instants, ceux qui précèdent la chute dans l'au-delà...Il devait se tenir bien droit ce vice-roi, fière et distant face au peloton d'exécution lui que les canons anglais n'avait pas fauché lors de ses batailles... Jacques de Liniers est un héros oublié passé par la case perte et profit, adulé, méprisé et envolé, fétu de paille insignifiant dans la grande histoire... Jacques Marzac a un talent assez incroyable de nous faire nous intéresser à ce personnage, et il y réussit si bien que l'on se dit que son autre Jacques est un peu son frère, il y a comme une filiation entre les deux, l'un officiant dans l'ombre et l'autre officiant dans la lumière...étrange duo, étrange échange entre un écrivain et un chevalier...mais quel livre, quelle belle écriture que la sienne qui captive le lecteur dès la première page et ne le lâche plus, l'entraînant dans un dernier tango du côte de Buenos Aires..."

    • Www

      gregoiredetours.fr, 27/06/2017
      "Victime collatérale d'ambitions napoléoniennes"

      "Jacques Marzac a été instituteur (comme son épouse) puis il a progressivement bifurqué vers l’enseignement supérieur. Il n'a pas oublié que l'iconographie est importante pour un ouvrage d'histoire et ce livre propose de nombreuses illustrations, dont un grand nombre sont en couleurs. Il a écrit un certain nombre d’ouvrages ayant un rapport avec le département de la Vienne où il a fait toute sa carrière. Cette fois il s’est intéressé à un natif de Niort dans les Deux-Sèvres (un département voisin). L’ouvrage est sous-titré "Jacques de Liniers (1753-1810) : Le chevalier du nouveau monde" et c’est de ce dernier dont on va nous parler. Jacques de Liniers appartient à la noblesse la plus ancienne et son père est comte. Toutefois n’étant pas l’aîné, il ne peut prétendre ni au titre ni aux terres de ses parents. Il entre au service de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ; d’ailleurs la Vienne compte un des musées consacré à l’Ordre de Malte qui devient le nom de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, peu d’années après que Malte prise par les armées napoléoniennes dans un premier temps ne soit passée aux mains des Anglais. De l’âge de 12 à 15 ans, il est donc page du Grand maître et est fait chevalier peu avant son départ. Toutefois il ne prononce pas les vœux qui le ferait entrer définitivement dans l’Ordre de Malte. En garnison dans un régiment de cavalerie de Carcassonne, il va passer au service du roi d’Espagne qui est un Bourbon. Engagé dans la marine, il participe en 1775 à un raid sur Alger. L’année suivante il combat les Portugais au large du Brésil et après un séjour à Buenos Aires il rentre en Espagne. Les Bourbons de Paris et de Madrid décident de soutenir les insurgés américains contre l’Angleterre et c’est tant à Gibraltar que dans les îles Baléares que notre officier combat. Apr7s une mission diplomatique à Tripoli (la ville qui est aujourd’hui en Lybie), il part en Amérique du sud. La mort de Jacques de Liniers C’est là qu’il va à la fois se couvrir de gloire et mourir. Dans un premier temps, son souverain Charles IV est allié de Napoléon aussi Jacques de Liniers va-t-il défendre Buenos-Aires et sa région face au débarquement des armées anglaises. Notons que Pratt et Manara dans El Gaucho évoquent très longuement cette invasion qui dure de 1806 à 1807. En 1808 avec l'invasion de l'Espagne par les armées françaises et l'installation sur le trône espagnol de Joseph Bonaparte, un mouvement indépendantiste qui refuse toute tutelle espagnole (sous la direction des Bonaparte ou des Bourbons) va placer notre personnage en fort difficile posture. Fait prisonnier par les insurgés, il est fusillé en raison de sa fidélité aux Bourbons d'Espagne. Toutefois en Argentine, Uruguay et Paraguay, il est à de jour toujours un héros national pour avoir résisté aux Britanniques. Jacques Marzac s’intéresse à ce que sont devenus ses enfants et petits-enfants, on ne sera guère étonné d’en trouver au service du carlisme (mouvement désirant garder les traditions derrière un prétendant s'appuyant sur les conséquences de la loi salique)."

    • Www

      www.argentina-excepcion.com, 20/12/2016
      Jacques de Liniers, un Français dans l’histoire argentine : découvrez l’histoire incroyable de Jacques de Liniers, ou Santiago de Liniers y Bremond, qui marqua l’histoire de l’Argentine

     
    • Caractéristiques

    Compléments

    • Pdf

      Lettre d'information

      (Parution "Mourir pour Buenos Aires, Jacques de Liniers le chevalier du Nouveau Monde")

    Référencer ce produit sur votre site

    → Copier en mémoire :